Première clinique contre l’addiction au jeu pour enfant !

C’est une première au Royaume-Unis. Le ministère de la Santé et des affaires sociales va ouvrir la première clinique de jeu pour enfant. L’objectif : traiter l’addiction au jeu des jeunes de 13 à 25 ans. Près de 55 000 enfants et jeunes adultes se laissent emporter par la frénésie du jeu au Royaume-Unis.

Le Royaume Unis fait face à des problèmes de jeu

pieces dargent - casinosansdepots.netLe Royaume-Unis doit depuis quelques années se débattre avec les problèmes de jeu touchant les jeunes générations. Selon la commission des jeux, près de 55 000 enfants et jeunes adultes présentent une addiction au jeu. Ce nombre a quadruplé en 2 ans.

En effet, les sites de jeu en ligne et les publicités ciblées alimentent les jeux pour enfants, aggravant le phénomène. En raison de la préoccupation croissante, NHS a annoncé son intention de lancer la « National Problem Gambling Clinic » à Londres. Cette infrastructure devrait fournir une aide personnalisée aux enfants et jeunes adultes de 13 à 25 ans.

La clinique ouvrira ses portes dans le cadre d’un nouveau réseau de services pour les addictions. Actuellement, en cours de déploiement basé sur plan à long terme du NHS.

Une optique de traitement plus large

Une autre clinique destinée aux services de jeux pour adultes va être ouvert dans le nord de l’Angleterre pour la première fois. L’infrastructure sera réservée aux adultes cette fois dans le cadre d’un programme d’aide plus large.

services de jeu pour adultes - casinosansdepots.netAu total, 14 nouvelles cliniques NHS seront ouvertes. A commencer par le « NHS Northern Gambling Service » à Leeds cet été. Suivit par des cliniques à Manchester et à Sunderland.
Simon Stevens, le directeur général du NHS England, a déclaré que les liens entre le jeu problématique et le stress, la dépression et les problèmes de santé mentale se développaient.

« Cette action montre à quel point le NHS prend au sérieux la menace de la dépendance au jeu, même chez les jeunes. Mais nous devons être clairs. Il est de la responsabilité de chacun de s’attaquer au problème de santé mentale résultant de l’addiction. En particulier des entreprises qui contribuent directement au problème. »

a déclaré Stevens avant de demander à l’industrie du jeu de faire plus pour s’attaquer au problème de la dépendance.

Les applications et les outils les plus utiles pour les nouveaux parents

« Il s’agit d’une industrie qui génère 1,5 milliard de livres sterling de campagnes de marketing et de publicité. Une grande partie de celle-ci est désormais diffusée en ligne et via les médias sociaux. Toutefois, elle n’a dépensé qu’une fraction de cette somme. Destinée à aider les clients et leurs familles à faire face aux conséquences directes de la dépendance.

Déterminé, le secrétaire à la Santé, Matt Hancock l’a promis. Il fera en sorte que toute personne affectée par la dépendance au jeu puisse obtenir l’aide et le soutien nécessaire.

« Nous savons qu’un trop grand nombre de jeunes gens risquent de perdre leur vie dans le jeu problématique. C’est pourquoi ces nouvelles cliniques examineront également ce qui peut encore être fait pour les aider. »

Addiction au jeu : un phénomène générationnel ?

Le rapport de la Commission des jeux de hasard, publié l’année dernière ne mentait pas. Il décrivait l’augmentation du nombre d’enfants joueurs comme un « scandale des générations ».

docteur-enfant-maman-casinosansdepots.net14% des 11-16 ans avaient dépensé leur propre argent au jeu la semaine précédente. Dépensant en moyenne 16 £ chacun selon le rapport. En comparaison, 13% avaient bu de l’alcool la semaine dernière, 4% avaient fumé des cigarettes et 2% avaient pris des drogues illégales.

Parmi les types de paris étudiés figuraient les paris privés avec les amis (6%). Mais aussi les cartes à gratter de la Loterie nationale (4%), des machines à sous / fruits (3%) et les jeux de cartes entre amis (3%)
En outre, 5% des jeunes de 11 à 16 ans ont dépensé leur propre argent en jeux d’argent en ligne. Et ce, au cours des 12 derniers mois et 6% ont admis avoir utilisé un compte parent ou tuteur.

Claire Murdoch, directrice nationale du NHS Angleterre pour la santé mentale, a déclaré que le nouveau programme pourrait constituer un « tournant majeur ».

« Il s’agit avant tout de veiller à ce que le NHS fasse tout ce qui est en son pouvoir pour aider les personnes de tout âge qui ont une dépendance sérieuse au jeu », a déclaré Murdoch.

« Il y a déjà un gros effort pour transformer les services de santé mentale à tous les niveaux. Pour les enfants et les jeunes. Cibler en particulier la dépendance au jeu est la prochaine étape logique étant donné l’explosion du jeu en ligne. »