Casinos : Donald Trump est-il chanceux aux jeux ?

Depuis que Donald Trump a été élu président des Etats-Unis d’Amérique, rien ne va plus pour ses casinos. Faillites, fermetures, crises, les casinos et institutions de poker en ligne détenus par Donald Trump souffrent. Les institutions de jeu d’argent en ligne de Donald Trump ont-elles un avenir ?

Il était le dernier casino détenu par Donald Trump. Situé à Atlantic City, Le Trump Taj Mahal ferme définitivement ses portes ces prochains jours.

En dépit des gros investissements réalisés par l’actuel propriétaire et milliardaire Carl Icahn, d’autres problèmes auront eu raison du casino. Ce dernier avait notamment investi 100 millions de dollars et a ouvert à nouveau une salle de poker. C’est d’ailleurs à l’intérieur qu’une scène du film « Les joueurs » a été tournée.

En plus des pertes très élevées, l’actuel propriétaire doit aussi affronter une des grèves les plus longues jamais organisée. Concernant le secteur des jeux d’argent. En cause, un plan de restructuration dont les salariés contestent les conditions. Les salariés mécontents, ont pourtant vu le tribunal des faillites valider ce plan. Celui-ci prévoit notamment l’annulation de la convention collective prévoyant une couverture santé. Et la prise en charge de la part du casino des cotisations des retraites.

New Jersey : crise des casinos dans la banlieue New-Yorkaise

Elle était auparavant l’ancienne capitale du jeu de la Côte-Est. Le New Jersey est aujourd’hui pourtant la dernière victime en date de la crise des casinos. Les États voisins ont peu à peu raflé les autorisations et amélioré leur offre de jeu d’argent. Depuis lors, les revenus annuels du New Jersey dans ce secteur n’ont pas cessé de décliner.

En moins de 10 ans, les rentrées d’argent se sont vues réduire de moitié. Cela représente une chute de plus de 2,5 millions de dollars. En 2014, 4 casinos (Trump Plaza, Showboat, Atlantic Club, et Revel) ont mis la clé sous la porte. Chris Christie, le gouverneur de l’État se débat comme un diable afin d’empêcher la faillite de l’État. Des difficultés générées par une perte immense concernant les revenus fiscaux.

Casinos Trump : sont-ils poussés à la faillite ?

Trump Plaza

Donald Trump entre dans l’univers des casinos en 1982. Il ouvre alors quatre complexes. Certaines de ces entreprises sont risquées et une baisse de l’activité économique de la ville aura raison de ses tentatives. En 1995, Trump Hotel and Casino resort qui est la société-mère sera placée en 2009 sous la protection de la loi concernant les faillites. La société adoptera ensuite le nom de Trump Entertainment Resorts.

L’activité de cette entreprise est notamment minée par une mauvaise gestion des casinos Trump et d’autres affaires gênantes. Le magnat de l’immobilier avait, à l’époque, été condamné par la Commission de Contrôle des Casinos du New Jersey. Donald Trump devait payer une amende pour avoir violé le règlement à l’achat de jetons de casinos en 1990.

Les faillites
Trump Plaza : ouvert en 1984 – faillite en sept. 2014
Trump Marina : faillite en 2011
Trump’s World Fair : ouvert en 1996- faillite 1999

Trump Taj MahalEt pour finir, le Trump Taj Mahal. Il s’agit d’un des plus grands projets du magnat de l’immobilier. Avec son architecture orientale, la construction est lancée en 1990. Tout juste un an après, le casino aux coupoles dorées est en cessation de paiement. L’établissement aura, en tout, déposé bilan à quatre reprises au total. Il s’agissait du dernier casino à résister aux difficultés jusqu’à présent.

La situation de Donald Trump

Selon l’actuel président des États-Unis, ses casinos lui auraient rapporté des milliards entre 1985 et 1994. Pourtant, le « golden boy » aurait vendu 1 milliard de l’Empire immobilier hérité de son père pour pouvoir conserver ses casinos. Mais selon le New York Times, les chiffres traduisent une réalité bien différente. Les ennuis auraient démarré dès 1991 où il déclare faillite une première fois. Puis récidive en 2006 ou il gère ses établissements de jeu. Enfin, mener à bien les projets du Trump Castle, du Trump Plaza, ou du Taj Mahal aura couté 1,1 milliard de dollars à Donald Trump. Selon les données de l’IRS. Des pertes conséquentes selon le New York times, qu’aucun autre investisseur n’a cumulé dans un laps de temps si restreint.
En 1985, Donald Trump affichait des pertes principales de 46,1 millions de dollars sur ses affaires. Concernant des hôtels, casinos et boutiques dans ses immeubles. Année après année, ses activités ont fait perdre à Donald Trump 1,17 milliard de dollars en une décennie.

« Mr. Trump semble avoir perdu plus d’argent que tout autre contribuable américain »

La dégringolade ne cesse pas. En 1990 et 1991, Donald Trump perd tellement d’argent qu’il ne paye pas d’impôts pendant 8 ans lors de cette période.